Aldrhim

De Nefald Wiki
Aller à : navigation, rechercher


Aldrhim
Roleplay
Auteur Soxyn
Date 25 P.G.C.
Hors Roleplay
Auteur Soxyn
Date 2013
Type de récit Ouvrage en Jeu


Description

Les Aldrhim sont un peuple originaire de Aldrhia et sont aujourd'hui disparus. Leur civilisation s'étendait sur Harlan, définissant l'union peuple adoptant une culture homogène. Il sont connus aussi comme étant les "fils d'Aldrhim", le "premier des hommes d'Harlan". Suite à la Damnatio Memorie il y 330, la civilisation s'est éteinte au profit de la suprématie Arjéenne (-330 - 12 après le Grand Chambardement).

Caractéristiques ethniques

Originaires d’Aldrhia, le peuple Aldrhim est issu d’une civilisation ancienne dont la chute remonte à environs trois siècles avant le Grand Chambardement, lors de la conquête Noldorhim sous le commandement du prophète Arjat.

Leur capitale historique est Heilagur, le chef-lieu de la région d’Aldrhia. La ferveur envers le Panthéon d’Harlan et le travail des cristaux de prismarine caractérise la société Aldrhim. Depuis les évènements de la “Damnatio Memorie”, la majorité des Aldrhims ont abandonné leurs foyers pour se réfugier dans les terres de l’ouest et du nord, fuyant un fléau mystérieux s’abattant au coeur de leur cités natales.

Suite à leur exode, de nombreux Aldrhims migrèrent vers les villes Noldor, favorisant le métissage entre les deux ethnies et rendant parfois difficile la distinction entre les deux origines. Néanmoins certaines caractéristiques permettent d’identifier très exactement les Aldrim: une peau très pâle, des cheveux blond argenté, des pupilles de couleur claire et une peau relativement imberbe. Ces particularités chromatiques sont dues à des siècles d’exposition à la prismarine, un cristal endémique du territoire Aldrhim. Aldrhim signifie “ Ancien Homme” dans leur langue.

Territoires

Le berceau de la civilisation Aldrhim se situe dans la région d'Aldrhia, dans la partie sud d’Harlan. Ces territoires fertils se caractérisent par la diversité incroyable des paysage qui la composent les paysages. Appartiennent au territoire Aldrhim les plaines verdoyante de Mindel, les marécages lugubres de Kalahan, les denses forêts de Karme, les montagnes merveilleuses d’Aldrhia. De nombreuses ruines, traces de la civilisation des Aldrhim parsèment d’ailleurs ces régions

Société

La civilisation Aldrhim se distingue par sa société particulièrement évoluée, structurée et hiérarchisée en comparaison des autres anciennes civilisations d’Harlan. En effet, celle-ci se divisait autrefois en trois catégories hiérarchiques : l’Auguria, la Maison et le Peuple.

L’Auguria

L'Auguria était constitué d’éminents hauts-prêtres en charge de la capitale Aldrhim, de la gestion du panthéon et des temples jusqu’au delà des terres Aldrhim. Il s’agit de la classe dominante de la société Aldrhim. En effet, la théocratie a été le principal régime politique d’Helgenskrim et de ses colonies.Les augures et seigneurs locaux se réunissaient dans des Conciles pour débattre des décisions politiques et mener le peuple.

Les Maisons

Les Maisons Seconde strate de la civilisation Aldrhim, se composaient de l’aristocratie. Cette caste noble réunissait les plus vieilles et plus pures lignées Aldrhim. Le seigneur de la Maison avait pour rôle d’administrer les cités provinciales et de superviser les diverses productions Aldrhim. Cette administration comprenait entre autres les mines de prismarine et l’entretien des chevaux. Les Maisons étaient également en charge de la défense du domaine Aldrhim.

Le Peuple

Le Peuple constitue la partie la plus importante de la population Aldrhim. Il s’agit principalement de simple citoyens modeste, travaillant à la charge de l’Auguria ou d’une Maison.

Techniques

Les Aldrhim sont reconnus comme étant les premiers à pratiquer l’écriture. Elle occupe une place particulièrement importante dans leur société. Les écrits sont principalement inscrits sur des tablettes d’argile et sur les parois des temples. Selon la pensée dominante, seul l’argile, le velin et les murs d’un temple du Panthéon sont assez sacrés pour accueillir la sainte écriture. Les écrits assurent la pérennité de leurs traditions et de leur cultes de l’oubli. L’usage fut principalement dédié à la divination, à la mémoire, à la recherche et au développement théologique.

Les Aldrhims sont également réputés pour la finesse et l’harmonie présente dans leurs créations. Un seul regard posé sur une majestueuse sculpture dans un somptueux temple permet de se rendre compte de l’incroyable finition qu’ils apportaient à leur oeuvre. Leur habileté à travailler le verre ‒ produit à partir de cristaux de prismarine raffinés ‒ permet la réalisation d’armures et d’armes aussi solides que le diamant.

Histoire

Les Aldrhim sont reconnus comme les plus anciens habitants d’Harlan. On note toutefois la présence aux confins d’Harlan d’autres tribus et nomades non unifiés à l'extérieur d’Harlan,plus communément appelées terres sauvages. Au cours des différentes ères, ces tribus ont pu se structurer remonter dans Harlan, ou se mêler aux Aldrims (Noldors). Certains foyer peuvent encore subsister aujourd’hui en périphérie d’Harlan.

Pendant la première ère, le peuple Aldrhim se développe vers l’ouest de son territoire, occupant les régions de Hamar, Mindel, Karme, Kalahan et Koïra. Ils établissent plusieurs colonies de part et d’autres de ce territoire, tels que Prismur, et Melgur (aujourd’hui Velmegun) autour de leur capitale Heilagur.

Très rapidement une partie groupe se détache du bassin de vie originel pour coloniser les terres enneigées du Nord et de Vargen. Peu nombreux, ils se mêlent rapidement à quelques tribus locales et adoptent dans un premier temps leurs coutumes et croyances. Leurs caractéristiques physiques évoluent rapidement en raison de ces croisements et des rudes conditions climatiques. Leur pilosité se développe et se pigmente. Cette transformation affecte également leur morphologie, devenant plus dense et trapue, leurs iris perdent également les coloris clairs ; bien trop exposées à la réverbération du soleil sur la neige.

Forts des compétences et des savoirs de leurs ancêtres, ces anciens Aldrhims se structurent peu à peu. Les variations de langue et de caractéristiques physiques conduisent à les regrouper en une ethnie spécifique : Les Noldorhims, progressivement devenu Noldors par contraction.

Pendant près d’un millénaire, le peuple se développe culturellement sur un territoire de plus en plus étendu. Les Aldrhim continuent d'entretenir des relations commerciales avec les Noldors värgéens.

La deuxième ère fut essentiellement consacrée à la diffusion du culte Panthéiste. Convaincus de la supériorité de leur religion, les Aldrhim entamèrent une campagne d’expansion de leur culture. Des missions, construisirent des monastère dans de multiples régions d’Harlan pour tenter de convertir les peuplades au douzes dieux du Panthéon.

Le dédain des Aldrim pour les dieux dits primitifs les poussèrent à quelques exactions et persécutions envers les Noldors et tribus locales. Ce terreau d'oppression favorisa l'ascension des Arjéens, ralliant à leur cause et organisant la résistance des peuples Noldor persécutés pour chasser l’envahisseur. Le ralliement des Noldors coûtera le salut du règne Panthéiste, marquée par la désormais célèbre Damnatio Memorie.

C’est à partir de ce moment que la culture Noldor devient dominante sur Harlan.

Pendant l’ère suivante, le peuple abandonne ses terres pour se réfugier dans le nord laissant derrière lui des cités oubliés tombant en ruine et quelques modestes villages de pêcheurs. Ce n’est qu’à l’ère des Guildes que le territoire est de nouveau occupé, sous l’influence du Concile d’Heilagur reconstitué et de la République de Velmegun. De nouvelles cités et bourgs voient le jour telles que Velmegun, Eoli, Vallanwis, Arbet. D’anciennes cités comme Heilagur et Prismur renaissent grâce aux efforts du Concile mais retombe aussi vite en ruine lors de la chute des factions d’Harlan.

Récit

Aldrhim

Avant l’avènement de la suprématie Arjéenne règne sur Harlan un peuple né à l’aube des temps, les Aldrhims. Communément appelés « Anciens », Les Aldrhims seraient issus de la descendance du Seigneur Aldrhim, le dieu issu de l’union de l’argile de Bergaltar et du souffle de Hivernel. Ce Seigneur serait le premier homme d’Harlan et aurait donné naissance à la première des civilisations dans le berceau de l’humanité qu’est Aldrhia. Les Aldrhims vénèrent Aldrhim comme étant « le père de tous les hommes ».

La civilisation Aldrhim est façonnée par le Panthéon des 12 dieux vénérés principalement à Helgenskrim mais également sur des lieux emblématiques marqués par une présence divine (les lieux-dits). Le peuple Aldrhim conçoit les premiers temples et les premières villes d’Harlan mais il ne reste que peu de vestiges suite à la Damnatio Memorie et le Grand Chambardement. Néanmoins, il est parfois possible d’apercevoir des ruines Aldrhims dans des paysages déserts, par exemple les observatoires permettant d’étudier les étoiles afin de trouver le chemin vers les 12 lieux-dits. Nefald est leur première colonie hors d’Aldrhia, la ville d’antan est à présent enterrée sous l’imposante ville Arjéenne.

Depuis la nuit des temps, les Aldrhims ont régné et vénéré les dieux, les peuplades d’Harlan se différenciaient alors par rapport à leur relation avec l’un des dieux. Dans l’ensemble, ils forment tous un peuple homogène sur les terres d’Harlan. Cela jusqu’à la Damnatio Memoriae, lorsqu’Arjat et ses Vautours voulurent diviser les peuplades afin d’asseoir leur empire oligarchique. La corruption et la guerre réussie à scinder le peuple des Anciens en deux, les Arjéens et les Aldrhims. Les Aldrhims finissent fort amoindris et doivent se replier dans le Berceau, Helgenskrin, avant de disparaître suite à la Damnatio Memorie des Arjéens et tomber dans l'oubli jusqu'à aujourd'hui. Soxyn


Références: Corbeau, Études d'Agramoth, la vérité sur Arjat,Vol. 1, Le Grimoire fumant, Nefald, 25 A.G.C.